Cours virtuel sur les Soins maternels et néonatals respectueux

Antécédents

Depuis la fin du XXème siècle, la Région des Amériques a connu des progrès importants dans les soins maternels et néonatals, ce qui est constaté par une tendance à la réduction dans les taux de mortalité pour des causes liées à la grossesse et à l’accouchement. Cependant, le progrès a été lent et irrégulier ; et bien qu'il y ait eu des progrès en termes d’accès, la Région garde un certain retard en ce qui concerne la qualité des soins maternels et néonatals (Águila Setién, 2012; Binfa et al., 2016; Hernandez-Vasquez et al., 2019; Thompson et al., 2015). En fait, environ 6000 femmes et 100 000 nouveau-nés meurent chaque année en Amérique latine et les Caraïbes pour des causes liées à la grossesse et à l’accouchement (OPS, 2019). La plupart de ces morts pourrait être évitée si l’accès universel aux droits de santé maternels et néonatals de qualité était atteint (Bhutta et al., 2014; Chou et al., 2015).

Le cadre de qualité des soins maternels et néonatals de l’Organisation mondiale de la Santé identifie les soins dignes et respectueux comme l’une des composantes essentielles pour améliorer les résultats en santé périnatale (OMS, 2016; Tuncalp et al., 2015). Les soins maternels et néonatals respectueux sont une approche centrée sur la personne et basée sur les droits humains. Ceux-ci comprennent les aspects éthiques des droits et des relations interpersonnelles des soins, y compris le respect des droits humains fondamentaux des femmes et nouveau-nés, tels que l’autonomie, la dignité, les décisions et les préférences. Les soins maternels et néonatals respectueux sont non seulement des droits humains, essentiels pour que la grossesse et l’accouchement soient une expérience positive (OMS & OPS, 2018), mais ils promeuvent également l’utilisation des services et améliorent les résultats en termes de santé (Morton & Simkin, 2019).

Bien que le changement de l’accouchement à domicile vers l’accouchement à l’hôpital dans la deuxième partie du XXème ait représenté un progrès important dans les soins maternels et néonatals, et bien qu’il ait permis de réduire les morts maternelles et néonatales, ce processus a été accompagné d’une modification dans la conceptualisation de l’accouchement. En effet, l’accouchement était conçu non pas comme un événement naturel, mais comme une pathologie, ce qui a entraîné la médicalisation de l’accouchement (Argüello-Avendaño & Mateo-González, 2014; Lossio et al., 2018). Pour contrecarrer certaines pratiques inutiles qui sont apparues dans le domaine hospitalier, depuis les années 60 des pratiques basées sur l’évidence et centrées sur la femme et la famille ont été encouragées pour re- « humaniser » l’accouchement, par exemple, les techniques naturelles de soulagement de la douleur, le mouvement pendant le pré-travail, le choix de la position d’accouchement, l’accompagnement, parmi d’autres (Caldeyro-Barcia et al., 1979). La demande d’une humanisation de l’accouchement est née tant de la part des professionnels de santé que des mouvements de femmes de plusieurs pays de l’Amérique latine, réunis en 2000 sous la Red Latinoamericana y del Caribe por la Humanización del Parto y Nacimiento (RELACAHUPAN [Réseau latinoaméricain et des Caraïbes pour l’humanisation de l’accouchement et de la naissance]). En 2011 a été lancé le manifeste pour les droits humains des femmes en âge de procréer, qui réaffirme le droit à des soins dignes et respectueux (Alliance du Ruban Blanc, 2011). En 2014, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publie la déclaration « La prévention et l’élimination du manque de respect et des mauvais traitements lors de l’accouchement dans des établissements de soins », soutenue par plus de 80 organisations, qui reconnaît le droit de toute femme à recevoir des « soins dignes et respectueux pendant la grossesse et l’accouchement », ainsi qu’à être libre de discrimination et de violence pendant l’accouchement (OMS, 2014).

L'objectif 3 de l’Agenda de développement durable propose que toute personne atteigne son plein potentiel en termes de santé et bien-être pour l’année 2030 ; améliorer la qualité des soins maternels et néonatals est un élément clé pour y parvenir (Nations Unies, 2015). L’OMS/Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) promeut le concept de grossesse et d’accouchement en tant qu’expérience positive en actualisant les directives cliniques pour les soins prénatals et le traitement de l’accouchement sur la base de l’évidence disponible, et propose un modèle de soins avec une approche holistique, centré sur la femme et les droits de l’homme universels, qui promeut les soins de maternité et néonatals dignes et respectueux comme un élément essentiel de la qualité des soins (OMS & OPS, 2018, 2019).

L'amélioration de la qualité des soins sur la base d’une meilleure évidence disponible est une tâche continue. Dans ce cadre de qualité, au niveau mondial il est reconnu comme important et est encouragé l’adoption de modèles de soins périnatals centrés sur la femme et son bébé où les soins respectueux et dignes, la communication effective et le soutien émotionnel sont des composantes essentielles de la qualité des soins maternels et néonatals (OMS, 2016). Cependant, il est encore nécessaire de sensibiliser un plus grand nombre d’acteurs clés de divers secteurs pour qu’ils acquièrent la connaissance suffisante pour reconnaître les mauvais traitements et le manque de respect ; pour qu’ils connaissent les outils et aient la capacité de mettre en pratique des initiatives d’amélioration de la qualité pour assurer les soins dignes et de qualité pour toutes les femmes en âge de procréer et leurs nouveau-nés.

Objectif du cours :

Sensibiliser et renforcer la capacité des personnes intéressées sur les concepts et pratiques liés aux soins maternels et néonatals respectueux ; identifier les cadres juridiques qui les soutiennent ; reconnaître et décrire l’usage de certains outils pour planifier, mettre en place et surveiller des initiatives d’amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals dans les services de santé.

Objectif d’apprentissage :

A la fin du cours, les participants pourront :

  • Définir les soins de maternité et néonatals respectueux et pourquoi ils sont importants.
  • Identifier les cadres juridiques internationaux, nationaux et institutionnels qui les soutiennent.
  • Développer des aptitudes en vue d’utiliser des outils pour mettre en place et surveiller des initiatives d’amélioration de la qualité et promotion des soins maternels et néonatals respectueux dans les services de santé.

Modalité du cours :

Étant donné qu'il s'agit d'un cours d'auto-apprentissage, les participants peuvent choisir la durée et le moment de leurs sessions d’apprentissage. Il n’y a pas de date limite pour compléter le cours.

Durée/Charge de travail :

Le cours est ouvert et disponible dans le CVSP. Étant donné qu'il s'agit d'un cours d'auto-apprentissage, les participants peuvent choisir la durée et le moment de leurs sessions d’apprentissage. Le temps estimé pour la réalisation de tous les modules et l’évaluation finale et de 7 heures.

Public :

Personnes intéressées par la promotion des soins maternels et néonatals de qualité et respectueux, entre elles, les professionnels de santé, y compris les sages-femmes professionnelles, gérant.e.s, représentant.e.s des gouvernements, et la société civile.

Structure du cours :

Module 1 - Aspects conceptuels et aperçu des soins maternels et néonatals respectueux - SMNR

  • Session 1 : Qu’est-ce que les soins maternels et néonatals respectueux ? Encadrement de qualité de l’OMS et les soins maternels et néonatals respectueux.
  • Session 2 : L’importance et la situation des soins maternels et néonatals respectueux : Prévalence et impact de la violence et du manque de respect.
  • Session 3 : Brève histoire des SMNR ; les soins maternels et néonatals respectueux dans le cadre juridique mondial et régional : Charte sur le respect dans les soins de maternité ; les droits universels des femmes et nouveau-nés (Alliance du Ruban Blanc, 2019). Les soins maternels et néonatals respectueux dans les cadres juridiques nationaux. Cas d’étude : Droit à la santé interculturelle dans la Constitution de la Bolivie.

Module 2 - Comment mettre en œuvre des actions d'amélioration de la qualité et promouvoir des SMNR ?

  • Session 1 : Stratégies pour améliorer les SMNR. Initiative internationale de l’accouchement : les 12 pas pour des soins de maternité sûrs et respectueux pour des mères, bébés et familles (FIGO et d’autres partenaires).
  • Session 2 : Conception d’une salle d’accouchement humanisée et d’une salle d’accouchement interculturelle.
  • Session 3 : Pratiques recommandées fondées sur les preuves et pratiques non recommandées.
  • Session 4 : Le consentement éclairé et la communication efficace.
  • Session 5 : Outils pour mesurer la mise en place des SMNR dans le cadre de la qualité des soins.

Module 3 - Comment surveiller la qualité de l'expérience des soins maternels et néonatals respectueux ?

  • Session 1 : Indicateurs des SMNR (Basés sur les WHO QoC network [Qualité des Soins]) 

Evaluation et certification :

Pendant le développement des différents modules, il y aura des exercices qui permettront d'intégrer les contenus et serviront d'entraînement pour l’Evaluation Finale qui devra être réalisée une fois tous les modules complétés. L’Evaluation Finale comprend 25 questions à choix multiple ou du type vrai/faux. Le participant doit atteindre 70 % de réponses correctes pour passer ladite Evaluation Finale. Une fois qu’il aura répondu aux critères d’approbation du cours et qu’il aura complèté le Sondage de Qualité du CVSP, le participant pourra télécharger son certificat d’approbation émis par l’Organisation panaméricaine de la Santé.

Dernière mise à jour: 07/nov/2022